Histoire de la Guadeloupe, vie locale, culture, gastronomie...

Cette grande île en forme de papillon entourée de ses nombreux îlets est l’une des destinations les plus prisées des Caraïbes. La Guadeloupe terre de rêve porte une histoire riche en rebondissements qui en fait aujourd’hui un haut lieu historique. De son métissage, la Guadeloupe a su tirer une force en créant une langue, une culture et une gastronomie à son image, mariant plusieurs origines pour en faire un peuple unique.

Partons à la découverte de la Guadeloupe...

Une Histoire de métissage

L’Histoire des guadeloupéens commence avec les amérindiens, les Indiens Caraïbes succédant aux Arawaks, peuples originels qui ont occupé le territoire avant l’arrivée des européens. C’est Christophe Colomb qui débarque le premier sur l’île de la Guadeloupe en 1493. Malgré des débuts pacifiques, les échanges avec les espagnols vont peu à peu se dégrader et après de nombreux combats ces derniers vont se désintéresser de l’île. A partir de 1635, ce sont les français qui vont s’installer à la fois pour faire fortune et évangéliser les autochtones. Commence, quelques années après, la triste période de l’esclavage qui sera définitivement abolit en 1848.

La population de la Guadeloupe résulte donc d'un métissage des différentes périodes de son Histoire avec le passage des espagnols, des français, des anglais, la venue des esclaves d’Afrique, l’installation de diverses populations pour des raisons économiques comme les indiens. Après la colonisation, la Guadeloupe accède au statut de Département et région d’Outre-Mer de la France et fait partie de l’Union Européenne. Les guadeloupéens sont très attachés à leur identité et à leur culture créole, fruit des nombreuses péripéties historiques de leur terre, une véritable richesse qui aujourd’hui fait le bonheur des touristes en recherche d’authenticité.

Une gastronomie entre terre et mer

La cuisine créole est à l’image de son histoire et de sa géographie : un métissage de différents mets qui viennent de la terre comme de la mer. Les produits locaux vont rencontrer les saveurs africaines, indiennes, européennes souvent rehaussées par des épices et piments.

Côté mer, on retrouve les poissons et fruits de mer. On citera dans les plus prisés le vivaneau, la langouste, le poulpe, les lambis, les palourdes, de grosses crevettes appelées ouassou,…

Côté terre, tous les fruits et légumes gorgés de soleil sont consommés directement au naturel, en confitures, en glaces ou cuisinés. Les plats regorgent de gombos, d’igname, de patate douce, de goyave, de banane fruit et de banane légume… Les jus de fruits frais sont des cocktails de vitamines à consommer sans limites. En revanche le rhum, la spécialité de la région, est une boisson alcoolisée très forte à base de canne à sucre, il faut être vigilant sur sa consommation.

Les incontournables de la gastronomie guadeloupéenne sont les acras, le boudin créole, le ti-punch, les crabes farcis, le blaff, le colombo de poulet… mais on trouve aussi toutes sortes de purées, de soupes, de fricassées…

La nature, l’atout phare de la Guadeloupe

La faune et la flore sont un grand trésor pour l'île. D’abord, le patrimoine naturel est un avantage économique grâce aux plantations notamment de cannes à sucre. La nature est aujourd’hui la vitrine de l’île et son meilleur atout pour faire venir les touristes. Mais quand on dit « île », en fait il faut penser « les îles ». Le cœur de la Guadeloupe se trouve sur l’île principale partagée par la Rivière salée avec d’un côté la Basse Terre et de l’autre la Grande Terre, se joignent à elle les îles La Désirade, la Petite Terre, Marie Galante et Les Saintes avec Terre-de-Haut et Terre-de-Bas. Sur une superficie de plus de 1000 km2, on retrouve la mangrove, les plages de sable blanc, les cocotiers, un parc national classé par l’Unesco, la forêt tropicale et même un volcan « La Soufrière » qui culmine à 1467 mètres. Son climat tropical assure une température moyenne de 27°C toute l’année avec une saison sèche de janvier à juin et une saison humide de juillet à décembre.

Toute cette diversité de paysages est l’occasion de pratiquer diverses activités telles que la plongée sous-marine, le kayak, les randonnées, les balades en bateaux, la découverte de la biodiversité dans le cadre d’un écotourisme responsable, la visite des plantations ou tout simplement le farniente dans les nombreuses stations balnéaires. Pour bien profiter de toutes ces richesses, il ne faut pas oublier de réserver une location (chez l'habitant de préférence) et louer une voiture car les moyens de transport sur place ne sont pas très adaptés.

La culture au cœur de la vie guadeloupéenne

La vie sociale des guadeloupéens est riche en manifestations et en fêtes souvent accompagnées de chants et de costumes. Bien sûr viennent en tête les principales fêtes religieuses comme Noël ou Pâques mais ce qu’il ne faut surtout pas rater c’est le Carnaval de Guadeloupe qui donne lieu à de nombreuses festivités et tous les quatre ans la Route du rhum, l’une des plus importantes courses à la voile.

La culture créole est totalement dépaysante, à commencer par la langue avec un dialecte qui est un mélange des différentes langues et qui a permis aux différentes ethnies de se comprendre qu’elles soient africaines, européennes ou amérindiennes. La musique traditionnelle est le gwoka mais on retrouve toutes les tendances des Antilles comme le zouk, la biguine et toutes sortes de musiques rythmées que les nouvelles générations allient à des sonorités plus modernes électro et hip-hop. Les chants et la danse sont également des composantes incontournables de la culture guadeloupéenne.

Les habitants sont accueillants et il est parfois plus agréable de choisir l’hébergement chez l’habitant accompagné de services de conciergerie sur place (ménage, baby-sitting, traiteur, voiture...) plutôt que de « s’enfermer » dans un hôtel.