La culture du café en Guadeloupe

Quand vous pensez « café », la Guadeloupe n'est pas forcément le premier lieu qui vous vient à l'esprit. Et pourtant, depuis bien longtemps, cette île est un grand producteur de café, et de bon café !

Si vous passez vos vacances en Guadeloupe, vous pourrez programmer des visites dans des plantations de café et découvrir un univers à la fois culturel et gastronomique.

Café en Guadeloupe : un peu d'histoire

Le caféier est une plante qui trouve ses origines en Afrique de L'Est. Les voyages de différents explorateurs, ont permis à cette plante de conquérir le monde, étape par étape. En ce qui concerne l'Europe, vers la fin du XVIIème siècle, seule la Hollande possède quelques pieds de caféier, précieusement gardés dans le jardin botanique d'Amsterdam. Ce n'est qu'en 1714 que la Hollande accepte enfin qu'un pied de caféier soit envoyé vers la France. Louis XIV est aussitôt conquis par le goût du café ! Le plan est alors envoyé au Jardin des plantes afin d'y être cultivé tout en développant de nouvelles variétés de café. Et on en vient enfin aux Antilles. C'est à partir de ce moment qu'un premier échantillon de plants de caféier a été acheminé vers la Guadeloupe mais ce fut un échec suite au décès de son transporteur.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là pour autant, elle continue... En 1723, un jeune officier de la Marine Royale, Gabriel de Clieu, décide de tenter à nouveau l'expérience. Malgré les difficultés pour obtenir l'accord de prélever un plant du Jardin des plantes, il se vit confier un caféier de type arabica, qu'il transporta avec succès jusqu'en Guadeloupe. Une vingtaine de mois après sa plantation une première récolte eut lieu. Les habitants de La Guadeloupe furent immédiatement conquis par le café. L'île, qui jusque-là, vivait en partie de la culture du cacao trouva dans la culture du caféier un nouvel essor.

On retrouve les mêmes cultures de café en Martinique.

La culture du café sur l'île de la Guadeloupe

Tout commence en pépinière, avec des semis réalisés à partir de graines de caféier que l'on appelle « cerise ». Une fois le plant obtenu il est replanté en pleine terre. Les plants sont soit disposés en quinconce soit en ligne. Dans le dernier cas, un espace de 4 mètres entre deux plants est nécessaire.

Pour garder les arbustes en bon état, leur hauteur ne doit pas excéder deux mètres, ils sont donc régulièrement étêtés. Ensuite, il faut s'armer de patience : les caféiers ne commencent à être productifs qu'au bout de la quatrième année. Et ce n'est que lorsqu'ils auront atteint l'âge de sept ans qu'ils seront au maximum de leur production. La durée de vie d'un caféier est d'environ cinquante ans.

Et que se passe-t-il du côté des « cerises » ? Les graines deviennent rouges, puis brunes. C'est à ce moment-là que la récolte peut commencer : le café est mûr. Les cerises sont cueillies chaque jour afin de ne choisir que les fruits qui sont vraiment à maturité.

  • Le décerisage du café

Il existe deux méthodes :

1- la méthode sèche

Cette méthode consiste à étaler les cerises et les laisser sécher au soleil en les retournant régulièrement. Cette étape dure 3 à 4 semaines. Elles sont ensuite décortiquées.

2- La méthode humide

Cette méthode nécessite l'utilisation d'une machine qui sépare la peau et la pulpe du grain moins de 24 heures après la récolte. Cette méthode a l'avantage de conserver les saveurs et donc de donner un café de meilleure qualité. On étale alors les grains au soleil pour les sécher.

  • Le décorticage

Cette étape va ensuite permettre de retirer la coque qui protège le grain de café. Cette opération se fait soit par friction soit par percussion. Il ne reste à ce moment-là qu'une fine pellicule argentée autour du grain de café qui sera ôtée par le polissage.

  • Dernière étape enfin, le tri des grains de café

Cette sélection se fait en fonction de la taille et de la qualité. Une fois triés, les grains pourront ensuite être acheminés dans les usines de torréfaction.

Torréfier le café consiste à faire griller les grains de café afin d'en libérer les arômes.

Les variétés de café cultivées en Guadeloupe

L'Arabica est la variété de café la plus cultivée sur l'île de la Guadeloupe. Le Libéria et le Moka sont également très présents en Guadeloupe. Le célèbre café Bonifieur est issu d'un plant pur Arabica. Il reste, sans doute, l'un des meilleurs cafés au monde avec une saveur incomparable.

Découvrir une plantation de café en Guadeloupe

Visite incontournable : la plantation Grand Café en Basse-Terre dans la commune de Sainte Marie à Capesterre Belle Eau. Etendue sur plus de 3 hectares, la visite se fait à pied et en tracteur. Plantation de café et de bananes, vous y découvrirez l'univers de la Guadeloupe. Au retour, une petite dégustation s'impose !

Le Domaine de Vanibel vous ouvre également ses portes, une culture dans la plus pure tradition pour le café et la vanille. Vous y découvrirez, entre autres, un ancien moulin à café qui n'est plus utilisé. Le propriétaire de l'exploitation vous fera découvrir sa passion.

Pour tout savoir sur le café en Guadeloupe, un passage obligé par le musée du café. A découvrir, l'histoire du café sur l'île, une exposition de moulins anciens ainsi que divers objets utilisés au fil du temps. Vous pourrez également connaître l'histoire du cacao. La visite se termine par l'atelier de torréfaction où vous serez envoûté par les odeurs...

Le musée est situé à Le Bouchu à l'entrée nord du bourg de Vieux-Habitants.

La culture du café tient une part importante dans l'économie et la culture de l'île de la Guadeloupe. Son café de qualité aux saveurs uniques vous séduira à coup sûr !