Le Diamant, joyau de la Martinique

Jamais une destination n'a si bien porté son nom ! Ce véritable petit bijou des Antilles permet de découvrir la « Martinique verte » mais aussi la « Martinique vacances ». Ciel bleu, mer chaude, faune et flore variées et terre riche de son histoire, Le Diamant est un lieu incontournable pour les amoureux des vacances atypiques et exceptionnelles.

Ci-dessous, vous trouverez tout ce qu'il faut savoir pour ne rien rater de cette région française située en pleine mer des Caraïbes. Partons en voyage...

Le Rocher du Diamant en Martinique

Une situation géographique particulière

Première chose à savoir : on différencie Le Rocher du Diamant et la Commune du Diamant.

La commune française Le Diamant se situe au Sud-Ouest de l'île de la Martinique et s'étend sur plusieurs kilomètres carrés. Elle est habitée par les diamantinois.

Place de l'église et place du Diamant en Martinique 97223

Le Rocher lui fait face à seulement quatre kilomètres de la côte. C'est une petite île volcanique apparue il y a environ 1 million d'années qui culmine à 175 mètres de haut dont l'accès est interdit à tout visiteur excepté aux scientifiques qui viennent observer la faune et la flore protégées. Le Rocher en forme de diamant biseauté scintillant de 1000 reflets à certaines heures de la journée a donné son nom à la commune Le Diamant, entourée des pitons de la Croix-Diamant et du Morne-Larcher. Il fait la joie des plongeurs car il est réputé comme étant l'un des plus beaux spots de plongée de la Martinique.

Avec ses petites habitations typiques, la commune Le Diamant offre un cadre paradisiaque grâce à ses plages de sable blanc et à ses cocotiers contrairement au Rocher qui est d'un accès difficile et constitué d'une végétation peu accueillante.

Grande plage du Diamant en Martinique

La petite et la grande histoire

Les nombreux vestiges et ustensiles retrouvés sur la commune du Diamant attestent de la présence dès le IIIème siècle après J-C de populations amérindiennes et notamment les Arawacks issus de la forêt amazonienne.

Les européens viendront bien plus tard et les premières bourgs voient le jour au milieu du XVIIème siècle. Diverses populations viennent ensuite s'y installer et notamment des immigrants africains. Après avoir été intégrée à Anses d'Arlet et à Sainte-Luce, Le Diamant devient officiellement une commune à part entière par décret impérial le 19 mars 1862. Mais cette partie de l'île avec son rocher en face a toujours été très convoitée de part sa position stratégique.

Le Rocher du Diamant a également sa petite histoire. Totalement inhabitable, il va pourtant accueillir pendant 17 mois, à partir de 1804, les anglais qui sont en guerre avec la France napoléonienne. Ils vont l'utiliser comme une forteresse pour organiser un blocus mais ils seront délogés du Rocher le 2 juin 1805 par l'armée franco-espagnole. Les canons installés au sommet du rocher ont disparu mais il reste tout de même quelques vestiges et traces de leur passage.

Dormir et manger

Comme partout en Martinique, Le Diamant propose des spécialités gastronomiques très appréciées et connues dans toutes les Antilles. Il faut absolument goûter les recettes traditionnelles à base de boudin, d'acras, de crabes… et l'incontournable Ti'punch, à boire avec modération. De nombreux restaurants ont ouvert leur porte au Diamant avec quelques originalités comme des crêperies par exemple.

Côté hébergement, les locations en Martinique sont adaptées pour recevoir agréablement une clientèle touristique. On trouve des gîtes, des appartements, des villas à louer mais aussi des chambres chez l'habitant. Habiter chez l'habitant est toujours plus intéressant, non seulement au niveau du prix mais surtout pour faire connaissance et apprécier l'accueil chaleureux des antillais.

Le patrimoine culturel

Pour ceux qui cherchent à allier vacances et culture, Le Diamant offre de nombreux lieux de visite très divers et variés. Pour retourner aux origines de ce lieu historique, il est possible de visiter les sites de fouilles archéologiques où sont mis à jour de nombreux vestiges de la période précolombienne.

Le Mémorial à l'esclavage de l'Anse Caffard (ou Cap 110) est un incontournable pour tous les visiteurs et un hommage à l'Histoire de la Martinique. Il est composé de quinze statues réalisées en béton blanc et en sable blanc de Trinidad-et-Tobago conçues par l'artiste martiniquais Laurent Valère. Mesurant chacune 2,50 mètres avec un poids total de 67,5 tonnes, ces statues monumentales forment un triangle, tournées vers le lieu du drame. Elles commémorent un évènement tragique : le naufrage d'un bateau négrier dans la nuit du 8 avril 1830 entrainant la mort de nombreux esclaves africains qui se trouvaient à bord.

Autres lieux symboliques, la Maison du Bagnard qui fait face au Rocher, la statue Nèg Mawon qui symbolise la résistance contre l'esclavage, la Maison du Gaoulé construite au XVIème siècle ou encore l'église Saint-Thomas. La commune est aussi riche de plusieurs musées dont l'Espace Muséographique Bernard David, le musée des coquillages et de la mer avec plus de 2.000 espèces à admirer et le musée Retromobiles du Diamant pour les passionnés de belles voitures mythiques.

Les activités

La première activité la plus prisée c'est bien entendu la plage ! La commune du Diamant en possède quatre, une qui s'étend sur 4 km, la Grande Anse du Diamant ou Dizac, avec la forêt domaniale à proximité. Les trois autres plages sont plus petites moins touristiques mais charmantes, ce sont les plages de la Chéry, de l'Anse Caffard et d'O'Mullane. Les vagues importantes en font un lieu prisé par les surfeurs. Toutes les activités associées à la mer sont accessibles : location de jet ski, plongée sous-marine, pêche, voilier…

Les randonneurs trouveront leur bonheur avec de nombreux sentiers qui mènent à des points de vue à couper le souffle sur la baie du Diamant et le canal de Sainte-Lucie comme le Morne Larcher culminant à 477 mètres d'altitude ou dans la mangrove de Taupinière où l'on peut observer de nombreuses espèces d'animaux et des arbres typiques capables de s'adapter à ce milieu particulier. Pour les amateurs d'autres sports, il est possible de pratiquer l'équitation, le tennis, le tir à l'arc...

Une faune et une flore protégées

Le Rocher du Diamant est une réserve naturelle préservée. Le Conservatoire du littoral veille à sa conservation et étudie les différentes espèces notamment grâce aux caméras placées un peu partout. Ce site est exceptionnel avec une faune et une flore particulières dues à des conditions climatiques et environnementales favorables. Tout d'abord, l'empreinte de l'homme y est quasi inexistante car le Rocher n'a jamais été habité et son accès est interdit aux touristes. L'ensoleillement y est plus présent que sur les terres voisines avec moins de précipitations, le résultat est une terre plutôt aride. L'îlot comporte plusieurs cavernes, le paradis des chercheurs et des archéologues.

Sur et autour du rocher, on peut observer des tortues, des serpents, des oursins, des anémones de mer, toutes sortes de poissons, des lézards et surtout des milliers d'oiseaux qui viennent nicher à l'abri de toute présence humaine. On retrouve le noddi brun, la sterne bridée, le fou brun dont l'envergure peut atteindre 1,50 mètre, le phaeton à bec rouge connu pour son magnifique plumage…

Un pays de légendes

Le Rocher du Diamant a toujours inspiré un intérêt particulier de part son emplacement et sa configuration. Ainsi, avant qu'il ne devienne une réserve protégée, il était un lieu de pèlerinage pour les pêcheurs et des messes y étaient même célébrées dans les grottes.

Une légende a longtemps été colportée sur un « homme marin » : une créature mi-humaine poilue avec une queue large et fourchue que les marins auraient aperçue à plusieurs reprises sur le Rocher. La vérité est bien moins impressionnante ! Il s'agirait tout simplement d'une confusion avec une race de phoque dont les longs poils gris qui entourent sa gueule font penser à une chevelure.

Plutôt qu'une légende, le Diamond Rock est surtout une erreur historique qui a tendance à perdurer. Il existe un registre de l'Amirauté Britannique où sont enregistrés les Vaisseaux de sa Majesté et il y figure le Diamond Rock (rocher diamant), et beaucoup ont cru qu'il s'agissait du rocher lui-même. Mais en fait il s'agissait du bateau de ravitaillement qui portait le même nom, le rocher ne fait donc pas partie de l'Amirauté Britannique.