Saint-Barth, histoire, vie locale, gastronomie...

Saint-Barthélemy ou plutôt Saint-Barth, comme on la nomme familièrement, est une île française d’Outre-mer, petite en superficie mais riche dans bien des domaines. Réputée « île pour milliardaires », Saint-Barth est également un espace naturel préservé, où la faune et la flore sont un joyau de beauté très protégé. Les habitants, fiers de leur culture et de leur histoire, savent recevoir chaleureusement les touristes en recherche d’authenticité.

Si le paradis existe sur Terre, c’est à Saint-Barth qu’il se trouve, et le plus difficile une fois sur place, c’est d’en repartir !

De l’île inconnue au paradis du luxe

Appelée du nom de Ouanalao par ses premiers habitants, les Arawaks, l’île va changer d’appellation en 1493 après sa découverte par Christophe Colomb qui lui donne alors le prénom de son frère Bartolomé. Elle ne possède pas de très grandes richesses et sa petite taille va lui épargner bien des conflits contrairement aux autres îles des Caraïbes.

Saint-Barthélemy passe tout de même entre plusieurs mains par rachat ou par traité. Après l'invasion espagnole, on retrouve selon les époques, les chevaliers de l’Ordre de Malte, les Français et les Suédois. La ville bâtie autour du port de Gustavia a d’ailleurs été nommée ainsi en hommage au roi de Suède Gustave III. L’île n’échappe malheureusement pas à l’esclavage qui prend fin en octobre 1847.

A partir de 1877, Saint-Barth devient définitivement française, tout d’abord rattachée à la Guadeloupe en tant qu’arrondissement, puis à partir de 2007 en tant que collectivité d’Outre-mer. En 1957, c’est le richissime homme d’affaires, David Rockefeller, qui va transformer l’île en rachetant plusieurs hectares qu’il souhaite dédier au tourisme de luxe. D'ailleurs, on peut encore voir sa somptueuse villa à Colombier.

La préservation de la nature, une priorité !

Située au nord des Antilles et à 25 km au sud-est de Saint-Martin, Saint-Barth est une île volcanique entourée de nombreux ilets (île Coco, île de la Tortue, Pain-de-Sucre, île Fourchue, île Chevreau, les Grenadins, Petit Jean, etc…).

Peu convoitée pendant des siècles à cause de son sol peu cultivable et du manque d’eau, elle a pu conserver une faune et une flore pratiquement intactes. En 1996, une réserve naturelle est créée pour préserver les espèces et on peut observer des couleuvres rares, des tortues marines, des coraux, plus d’une centaine d’espèces de poissons, des oiseaux (pélicans et pailles-en-queue), des scorpions, des iguanes et au large parfois des dauphins et des baleines qui viennent se pavaner !

La végétation est plutôt de type tropicale. On retrouve donc des aloès, des cactées et des palmiers entre autres. Et bien sûr, on peut admirer l’un des principaux charmes de l’île de Saint-Barthélemy, les nombreuses plages de sable blanc et ses paysages paradisiaques. Les autochtones sont particulièrement vigilants à préserver l’écosystème de l’île. Cette prise de conscience vient certainement de l’habitude d’économiser l’eau, d’utiliser avec parcimonie des faibles ressources naturelles et de pratiquer une pêche artisanale.

Une culture simple et authentique

Les habitants de Saint-Barthélemy gardent une grande simplicité qui date d’avant le récent « boom touristique ». Pour les vacanciers en recherche d’authenticité, il est conseillé de loger directement chez l’habitant en passant par le biais d’un site spécialisé en locations vacances. Ce mode d'hébergement est riche en rencontres et en expériences, sans compter les prix abordables d’une telle location. La langue officielle est le français mais entre eux, les Saint-Barths ont pour particularité de parler une sorte de patois, un mélange de français et de créole.

Les festivités ont lieu toute l’année sur l’île : musique, sport, carnaval, feux d’artifice, marchés de Noël mais aussi beaucoup de manifestations liées à la mer telles que des régates ou encore les voiles de Saint-Barth en avril.

Côté gastronomie, les origines françaises des habitants ont largement influencé la cuisine, on retrouve donc les saveurs de la métropole avec des inspirations créoles et antillaises comme du crabe, différents poissons, du boudin, de la christophine à la morue, des langoustes, des salades de fruits frais exotiques et les fameux acras sont au menu. Bien entendu, on ne passe pas à côté du mythique ti'punch !

Des vacances idéales à Saint-Barth

Il ne faut pas faire l'impasse sur la visite de la ville principale Gustavia. Tout d’abord, c’est là que se trouvent les principaux monuments de l’île (maison des Gouverneurs, le phare, les musées…), il faut d’ailleurs penser à prévoir avant de partir la location d’un véhiculeafin de faciliter les déplacements. Cette ville possède également un charme particulier avec son port où l’on peut admirer les plus beaux yachts et ses maisons en bois colorées aux toits rouges. Il ne faut pas hésiter à pousser plus loin et faire des randonnées à pieds ou à cheval, on peut citer dans les incontournables à voir la Petite Anse, le Mont Vitet, l’anse des Flamands, etc…

Côté mer, de nombreuses plages (Gouverneur, Saline, Petit Cul de Sac, Marigot…) attendent les amateurs de farniente ou de balade sur le sable, avec à l’est la partie sous le vent et à l’ouest la partie protégée du vent. Certaines plages sont connues pour leurs animations le soir et d’autres pour leur grande tranquillité, il y en a pour tous les goûts.

S’en suivent bien évidemment toutes les activités liées au nautisme comme la plongée, le jet ski, les bateaux, les voiliers, les catamarans, la pêche, le ski nautique, le surf, le kitesurf…

Saint-Barth est une île tout particulièrement tournée vers le tourisme, on y trouve également de quoi passer des bons moments dans les Spa, les magasins, les restaurants et des lieux spécialisés pour faire des fêtes mémorables.