Propriétaire de location saisonnière, quoi faire en cas de litige

La location saisonnière est une bonne façon de rentabiliser un bien immobilier. Moins contraignante que la location classique, elle ne protège pas d’éventuels litiges avec les locataires.

Vous louez votre appartement ou votre villa quelques semaines dans l'année ? Antilles Location vous indique les principales difficultés auxquelles vous pourrez être confronté et comment y remédier.

Annulation de la location au dernier moment

Beaucoup de propriétaires rencontrent ce type de problème. Le locataire, dans le meilleur des cas, vous avertit quelques jours avant. Mais certains ne vont même pas vous informer et se mettre aux abonnés absents. Non seulement vous perdez la location mais il est souvent difficile de relouer au dernier moment.

Ces annulations à la dernière minute sont une vraie calamité pour le loueur. Si vous voulez vous protéger et limiter les pertes, il faut bien rédiger le contrat de location. Exigez un premier versement à la réservation, vous pouvez demander un quart du loyer. Cela peut être des arrhes ou un acompte. Optez de préférence pour l’acompte, il vous donne droit à conserver la somme. Vous pourrez obtenir également des dommages et intérêts du montant du loyer perdu. Vous récupèrerez ainsi les sommes dues.

Le locataire a des animaux

La présence d’animaux est également un sujet de litige très courant : dégradations, odeurs, nuisances sonores… En tant que propriétaire d’une location saisonnière, vous avez le droit d’imposer votre choix en le mentionnant dans l'annonce. Tout d’abord pour les animaux dangereux ou les NAC, la loi est claire. Chiens de catégorie I, serpents, mygales et autres bestioles font l’objet d’une législation stricte. Pour les locations saisonnières, la loi est encore plus souple. Vous pouvez interdire tous types d’animaux du moment où c’est indiqué dans le contrat.

Vous êtes d’accord pour héberger des animaux mais vous êtes inquiet des conséquences ? Il est possible d’augmenter le dépôt de garantie pour les éventuels dégâts. Dans tous les cas, c’est le locataire qui est responsable en cas de problème.

Le locataire dégrade le bien

Sur le haut du podium, on retrouve bien sûr les dégradations laissées par le locataire : tâches sur le tapis, papier peint abîmé, électroménager cassé et même volé… Certains locataires sont peu respectueux du bien d’autrui. Pour vous protéger, prévoyez une caution correcte. Vous pourrez ainsi toujours couvrir tout ou une partie des réparations. Soyez vigilant au moment de rédiger l’état des lieux à l’entrée et à la sortie.

Si vous constatez des dégâts, signalez-le au locataire et tentez de vous arranger à l'amiable avec lui. S’il conteste, prenez des photos et des vidéos datées de la location sous différents angles. Déposez immédiatement une plaine auprès du commissariat de police. Etablissez le prix du préjudice en faisant estimer les dégâts par un huissier. Contactez également votre assurance pour l’informer du litige. Nous vous conseillons bien sûr d’émettre un avis négatif sur les locataires indélicats. Communiquez sur le site permet de protéger les autres propriétaires.

Des questions ? Notre expert en location répond à toutes vos demandes ici https://antilleslocation.com/contact/

Le locataire refuse de vous régler le restant du loyer ?

Comme en cas de dégradation, vous pouvez utiliser la caution pour vous payer. Lors de la signature du contrat, vous vous serez assuré de l’identité du locataire. Vous aurez ainsi les coordonnées nécessaires pour envoyer vos réclamations en lettre recommandée. Tentez de récupérer les sommes à l’amiable sinon vous devrez porter plainte.

Vous avez peur des arnaques ? Alors, soyez prudent. Demandez le paiement par virement bancaire, c'est un moyen sûr. Certaines plateformes de réservation se chargent de la gestion des paiements. C’est sécurisant et pratique. Vous pourrez avoir des frais à payer mais ils sont raisonnables.

Le locataire refuse de partir

C'est une situation assez rare mais qui peut arriver. S'il s’agit d'une personne qui ne trouve pas à se loger ailleurs, elle peut vous demander de prolonger le contrat plusieurs semaines. Si vous ne le souhaitez pas, il n’a aucun recours pour rester. S’il insiste contre votre accord, vous devrez demander une expulsion par une procédure de référé. Si vous êtes d’accord pour prolonger la location, il faut être très prudent. En effet, si vous dépassez 90 jours de location, vous changez de réglementation et vous optez pour un bail de location meublée. Le locataire a alors les mêmes droits que dans une location classique. Vous risquez alors d’être confronté à des problèmes à long terme.

Pour vous prémunir de ce type de désagrément, vérifiez quelques petits détails. Si la personne veut louer alors qu’elle habite la même ville, c’est mauvais signe. On ne loue pas pour des vacances sur son lieu de résidence !

Vérifier les assurances

Plusieurs assurances peuvent vous permettre de limiter les préjudices. Vérifiez tout d’abord de votre propre assurance. Vous pouvez prendre votre assurance habitation et leur signaler qu’il s’agit d’une location saisonnière. La multirisque habitation vous couvre bien. Elle prend en charge les dommages, le vol, l’incendie, le vandalisme… Le plus prudent est de passer par des assurances spécialisées dans ce domaine. Elles ont l’expérience et proposent des prestations ciblées. Certaines grandes plateformes de location vous proposent de prendre une assurance location qui couvre les sinistres jusqu’à une certaine somme.

Mais vous pouvez également exiger que votre locataire ait une assurance lors de la location. Pour cela, vérifiez qu’il a bien la « clause villégiature » auprès de son assureur. Il peut également prendre une assurance à part juste pour le temps de la location. Les vérifications doivent être faites lors de la signature du contrat.

Les précautions à prendre avant de louer en saisonnier

Voici quelques conseils qui peuvent vous éviter les problèmes les plus courants.

La première étape essentielle est le contrat de location. Ne faites surtout pas l’impasse sur ce document, même pas pour un jour. Il vous permet de vous retourner contre le locataire lors d’un litige. Indiquez un maximum d’éléments sur le contrat :

  • L'identité du locataire
  • Les modalités de paiement
  • La durée du séjour et la date de restitution des clés
  • Les règles à suivre…

Autre moment important, l’état des lieux. Soyez vigilant à l’entrée comme à la sortie, prenez le temps de tout vérifier. Certaines dates donnent lieu à des débordements particuliers comme le premier de l’an. Sans aller jusqu’à boycotter cette date, faites preuve de prudence. Choisissez bien vos locataires et leur nombre pour ne pas retrouver votre logement saccagé. Si vous avez un doute, si lors des échanges quelque chose vous paraît louche, il est préférable de ne pas louer.

N'hésitez pas à demander des informations à notre expert en location aux Antilles...

https://antilleslocation.com/chroniques/proprietaire/proprietaire-bien-saisonnier-questions-reponses/